Vous êtes ici
Accueil > Actualités > Un Amendement Contre Les Centres d’Appels Offshore

Un Amendement Contre Les Centres d’Appels Offshore

Un Amendement Contre Les Centres d’Appels Offshore

L’externalisation ou encore la délocalisation des divers services tels que le SAV est maintenant pratique commune. Pour plus d’avantages, surtout au niveau du coût, la plupart des entreprises optent pour l’ offshore. Conséquemment, ces entreprises se tournent vers des pays tels que l’île Maurice, le Maroc, Madagascar et autres. Tant cette pratique est répandue, elle commence à déranger. C’est pourquoi, des députés de la majorité (en France) ont décidé d’agir.

Que veulent-ils ? Pourquoi s’en prendre à l’offshore ?

Selon le député LREM de Montigny-lès-Metz Ludovic Mendes, « 250,000 emplois en dépendent ». Il semblerait que l’externalisation en offshore contribue au chômage en France comme ailleurs en Europe.

Par conséquent, ces députés souhaitent arrêter ou diminuer cet engouement vers l’offshore. Pour se faire, ils envisagent d’amender le projet de loi Pacte dans les prochains jours. Le but derrière, serait de préserver les emplois pour les régions sinistrés du territoire français.

Quels enjeux pour l’offshore ?

Eh bien, pour atteindre leur objectif, les députés vont modifier le code de la consommation. Un pré-amendement avec l’intersyndicale du fournisseur Engie stipule que :

«Tout fournisseur de biens ou de services ainsi que tout service public qui utilise un ou plusieurs centres d’appels pour émettre ou recevoir des communications téléphoniques [serait tenu de] mettre en œuvre un dispositif permettant avant toute mise en relation avec une personne physique, d’informer ses correspondants téléphoniques sur le ou les pays d’implantation desdits centres.»

En clair, la communication peut se faire de n’importe où dans le monde tant que les appelants et les appelés soient informés qu’ils communiquent avec l’étranger.

Offshore ou pas, le choix reste aux consommateurs

Certes, cet amendement a un but bien précis, mais le résultat reste encore à être démontrer. Au final le consommateur reste maître car lui seul pourra déterminer s’il préfère un fournisseur entièrement local ou non.

Si on résume la situation, cet amendement peut avoir 2 effets :

1) Les consommateurs se tourneront uniquement vers les fournisseurs entièrement locaux

2) Les consommateurs n’y prêteront pas attention tant qu’ils obtiennent les services ou produits voulus.

Ce n’est certainement pas la fin de l’offhsore

Qu’importe les résultats, les entreprises continueront à sous-traiter car il y a bien des services qui sont effectués en offshore qui n’affectent pas les consommateurs. Dans le cas présent, les services après-vente, avant-vente, assistance et permanence téléphoniques sont ceux qui seront le plus impactés. Une affaire donc à suivre.

Et si vous cherchez un prestataire offshore, n’hésitez pas à nous contacter. Nous vous conseillerons sur vos besoins et vous guiderons vers les meilleurs. Appelez-nous vite 09 70 71 83 00 ou laissez-nous un message.

 

 

Source : https://www.franceinter.fr/economie/vers-un-amendement-contre-les-delocalisations-des-centres-d-appel

Top

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

 

Pour ne rien manquer de l'actualité de l’outsourcing des services informatique, BPO et centres d’appels à Maurice et dans l’océan indien !

Félicitations,

 

votre inscription a bien été prise en compte.